preloader
Scroll to top
Conseil tribal Mamuitun

L’artisanat


20 ET 22 OCTOBRE

Cette discussion a permis de distinguer deux aspects fondamentaux de ce que représentent l’art et l’artisanat aujourd’hui.

D’une part, l’art et l’artisanat ont une valeur en soi, qui se manifeste de plusieurs façons :

  • C’est un chemin d’affirmation identitaire très fort; 
  • Pour plusieurs l’art a une valeur thérapeutique, car le pratiquer permet de se mettre en lien avec nos ancêtres, avec celles et ceux qui nous ont transmis leur savoir, avec nos proches disparus, ainsi qu’avec nous-même, afin de retrouver notre équilibre individuel et collectif;
  • C’est un lien spirituel, qui permet de se relier au créateur, les objets d’art étant d’ailleurs très présent dans les cérémonies traditionnelles qui mettent en valeur nos liens à la terre, à celles et ceux qui nous ont précédé, et les rôles complémentaires des hommes et des femmes qui sont d’égale importance pour créer et maintenir la vie; 
  • Les savoirs transmis par l’art sont empreints de signification et des valeurs innues
  • C’est aussi un moyen de communication et de partage, avec des gens de notre familles et aussi avec des allochtones, puisqu’on offre souvent en cadeau les objets qu’on crée, à des gens qui les utilisent en retour avec fierté;  
  • Nous y percevons des gestes de fierté, d’amour et de respect envers soi et les autres.

D’autre part, l’art et l’artisanat représentent de puissants leviers d’autodétermination et d’empowerment :

  • Cela favorise le développement de l’entrepreneuriat, notamment chez les jeunes femmes innues;
  • C’est un pont entre les pratiques traditionnelles et le mode de vie moderne;
  • Cela permet d’innover en mettant en valeur l’expertise des individus et en partageant cette expertise pour subvenir à la culture;
  • C’est un moyen de subvenir à ses besoins, qu’on le pratique à temps plein ou en marge d’autres activités professionnelles;
  • Plusieurs subventions sont disponibles pour développer ces talents et en faire un levier économique.

Constat 1

Les apprentissages se font soit de façon autodidacte ou sont transmis par nos pairs ou nos aînés, et on accorde de l’importance à l’origine et à la signification des pratiques. En même temps, on constate que plusieurs objets d’art n’ont plus l’utilité pratique qu’ils avaient traditionnellement, on ne les considère plus de la même façon dans la vie de tous les jours.

Constat 2

De nombreuses subventions sont disponibles pour développer les talents mais on manque de temps et de ressources humaines pour faire les demandes, de plus la plupart des systèmes subventionnaires ne sont pas adaptés aux réalités autochtones.

Constat 3

De façon générale, les autochtones ont du mal à associer l’argent à la valeur artistique, en partie parce qu’on a l’impression que d’y mettre un prix dénature le processus de création. Il y a des peurs liées à ce constat.